Faire ses meubles

Trouver des meubles à sa convenance devient difficile: l'utilisation de bois reconstitués revêtus de placages synthétiques colorés devient incontournable.
Les meubles en bois massif sont très chers, et en plus avec les bonnes dimensions peut se révéler impossible, à moins de faire fabriquer sur mesure.

Pourquoi ne pas les fabriquer soi-même?

Evidemment, cela demande un minimum de matériel, ainsi qu'un local adapté (bien qu'une chambre de maison individuelle puisse convenir, mais attention à la poussière).
Les rubriques suivantes donnent des indications sur l'équipement nécessaire (les machines indispensables), les types de bois utilisables, et des photos des meubles que j'ai réalisés depuis plus de 25 ans.

L'EQUIPEMENT

1-Le local

Un sous-sol, même sans fenêtre, convient parfaitement, l'aération pouvant se faire à l'aide d'un simple extracteur d'air (ventilateur) placé en hauteur près du lieu ou se fera le ponçage. Un point important à respecter est l'éclairage, qui doit être réparti sur la surface du plafond, afin d'éviter les zones d'ombre qui provoquent les accidents. Un éclairage de type fluorescent (lampes hélicoïdales de 22 ou 28W) est parfait.
Une hauteur de 2.50m est nécessaire si l'on veut utiliser une scie à ruban de grand diamètre (volant de 60 ou 70cm)

Une chambre dans une maison peut convenir, si l'on ne réalise que de petits meubles . Les planches d'arbre font souvent 3 ou 4m de long, et il faut multiplier par 2 pour du rabotage. Attention au bruit des machines pour le voisinage... J'ai réalisé plusieurs meubles (aménagement de ma maison) sur une petite Lurem de 150mm dans de telles conditions.
L'usage d'un aspirateur à copeaux évitera trop de dispersion de résidus dans le reste de la maison.

En appartement, cela devient plus difficile, principalement du fait du bruit important généré par les machines (les voisins).

2-Le matériel

Le matériel basique:
  • une table solide, avec plateau épais, piètement rigide, avec  un étau solide
  • découpe: scie circulaire avec beaucoup de dents, scie sauteuse, scie  égoîne de qualité (bon acier)
  • perçage:  perceuse portative 13mm à variateur, avec support vertical réglable en hauteur, boite de forêts en acier rapide, mêches à bois, fraises à 90°.
  • ponçage: plaque de ponçage à velcro avec feuilles adaptés en grains 120, 180, 220, ponceuse vibrante (mais peu efficace)
  • assemblages: fraiseuse à lamellos (permettant de réaliser des assemblages simples et solides très facilement). Voir par exemple http://www.outillage2000.com/cgi-bin/psm_cdr.cgi?Lg=fr&database=machines_a_bois&action=view_product&productID=041031X&category=8 (<100€)
  • une défonceuse (qui peut faire usage de fraise à lamellos) qui rend de nombreux services. Il faut choisir une machine dont l'ajustement en hauteur est facile et souple, cerains travaus de faisant sans blocage en hauteur (gravure avec guides). Coût: 100 à 500€ selon le perfectionnement
Voir:http://www.outillage2000.com/cgi-bin/psm_cdr.cgi?Lg=fr&database=machines_a_bois&action=view_product&productID=W255422&category=9
  • le petit matériel: serre-joints de différentes longueurs, limes, rapes, cales en bois

Le matériel évolué (qui peut s'acquérir d'occasion):
  • un établi en bois dur comportant un étau solide
  • perçage: perceuse à colonne 13mm avec plateau réglable (200 à 300€, ou moins si matériel chinois)
  • une petite combinée (scie circulaire, toupie, raboteuse dégauchisseuse 150mm minimum  (avec lames carbure éventuellement pour dégauchir du médium) mortaiseuse). Voir par exemple: http://www.outillage2000.com/cgi-bin/psm_cdr.cgi?Lg=fr&database=machines_a_bois&action=view_product&productID=F60150&category=13 => cet investissement  (900€ ou plus selon la taille) qui peut paraître élevé, s'amortit très rapidement du fait de l'universalité d'une telle machine, et du coût exorbitant  du moindre tasseau en grande surface. Faire des étagères, des petits meubles en médium, des enceintes acoustiques devient facile.
  • une scie à ruban: indispensable pour utiliser des planches d'arbre. Viser des volants de 60/70cm pour des lames de 40 à 50mm de largeur et 2.40m de long environ. Une telle machine est très lourde, haute, et encombrante, mais indispensable pour faire de la belle menuiserie (à acheter en occasion).
  • ponçage: une ponceuse orbitale vibrante de 125 à 150mm avec aspiration. C'est le seul type de ponçage efficace, mais d'un coût assez élevé, permettant de minimiser  le temps de finition (Voir Festo, ou http://www.outillage2000.com/cgi-bin/psm_cdr.cgi?Lg=fr&database=machines_a_bois&action=view_product&productID=BO6030&category=3 ) De 260 à 500€.

Il faut bien comprendre que l'on ne peut pas économiser sur tous les plans:
  • par le travail que l'on fait soi-même (main d'oeuvre gratuite, matériaux bruts donc moins chers)
  • sur l'investissement en matériel: se contenter de matériel bon marché, souvent avec des guidages peu précis ou peu fiables, devient vite rebutant. Il faut aussi savoir se faire plaisir en investissant là où cela est nécessaire, dans du matériel performant (sans parler du gain de temps et de la qualité du travail obtenus).

LES BOIS

1- Bois massifs

On peut les acheter dans une scierie, sous formes de planches d'épaisseurs variables, soit 27mm et 45mm pour les plus courantes.
Pour faire un meubles important (comme mon living en 3 éléments), il faut même plusieurs arbres avec les planches qui se suivent (sciées dans le même arbre), afin de pouvoir obtenir  des symétries dans les motifs de panneaux opposés par exemple.
Le bois doit avoir été coupé en hiver et stocké en extérieur 2 ans, les planches étant espacées par des petits tasseaux nommés "aiguilles", ceci pour éviter le voilage des planches.
Le coût peut atteindre 600 à 800€ le m3 pour du chêne, ce qui est ridicule comparé à celui du médium vendu dans les magasins de bricolage (calculez le prix au m3 de médium 19mm par curiosité...). Par contre, il y a de la perte à cause des fissures ou de l'aubier, ce qui n'existe pas dans le médium.
Les essences les plus faciles à trouver sont le chêne, la hêtre, le sapin, le merisier, selon les spécialités des scieries. L'orme, avec lequel j'ai réalisé plusieurs meubles, ne se trouve plus, du fait de la maladie qui a décimé cette essence.
L'inconvénient des bois de scierie est leur humidité résiduelle qui provoquera des retraits après l'assemblage du meuble, ceux-ci étant plus importants dans le sens des fibres que perpendiculairement.
On peut trouver maintenant des bois stabilisés en étuve garantissant une meilleure stabilité (mais pas au même prix...).

2-Bois lamellés-collés

On les trouve sous forme de planches rectangulaires de dimensions variables.
Il sont constitués d'un assemblage de lamelles de bois stabilisés de longueurs variables mais de même largeur, assemblés par collage et pressage.
Ils permettent de réaliser de petits meubles rapidement, du fait que leur surface est assez lisse et ne demande que peu de ponçage.
Actuellement, de tels bois en chêne proviennent des pays de l'est, et les coûts ont baissé.
On peut par exemple trouver des planches de chêne de 30cm x 2m à 20€ environ en grande surface bricolage.
On trouve aussi dans des scieries beaucoup d'essences exotiques de toute beauté, mais les planches peuvent être de grande dimension et difficiles à transporter (voir mon meuble de salle d'eau).

LES PHOTOS

Après une 1ère réalisation de lits superposée en orme massif sur ma petite Lurem 150mm, j'ai acheté d'occasion pour pas cher à un artisan, une vieille scie à ruban de volants 80cm en fonte, une raboteuse en fonte de 30cm de large avec des longues tables . Les moteurs à palier ovalisé par l'usure  étaient en triphasé 220V, mais je disposais alors d'un hangar de plus de 80m² avec l'alimentation électrique adéquate. Pour le rabotage, j'ai fait avec la petite Lurem, avec la contrainte de ne pas utiliser de panneaux de plus de 150mm, mais on y arrive...
J'ai donc pu me lancer dans du travail de plus grande envergure, sous les conseils d'un jeune ébéniste de ma famille, qui m'a évité les erreurs de débutant, et montré les techniques d'assemblage, de placage, et des astuces d'ébéniste.
Ma réalisation suivante a donc été un living en orme massif, assemblage à tenons/mortaises avec blocage par chevilles coniques faites main (sans vis, ni clous bien sûr). En effet, l'achat d'un meuble semblable était largement au-dessus de mes moyens.
Il a fallu commencer par tracer les plans, sur du papier quadrillé 5x5, ce qui m'a pris un an, trouver le bois, qui était disponible à bas prix dans une scierie voisine.
Pour la réalisation totale, cela à pris 3 ans, car mon local étant à la campagne, je ne pouvais m'y rendre que 2 week-end par mois.

Les 3 éléments pourraient être placés côte à côte, mais je n'ai pas la largeur suffisante.
Chaque élément est en 2 corps. Dimensions du haut: l=97cm, h=165, p=36. Dimensions du bas: l=97cm, h=60.5, p=51
Les panneaux des portes sont obtenus en dédoublant  une planche d'orme au ruban. Les 2 panneaux obtenus sont rabotés, puis collés bord à bord pour obtenir un dessin symétrique. Il faut choisir un bois de préférence un bois bien veiné.

En voici quelques vues:
// ' );popup.document.close();">Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Quelques années après, j'ai fabriqué ce meuble, également en orme, qui était destiné à l'époque à un des premiers ordinateurs familiaux, car il comporte un tiroir coulissant dans la partie abattante. Les poignées des portes en sont intégrées dans le montant vertical, comme le living. Une tirette amovible est intégrée sur le coté droit.
Il s'est depuis transformé en meuble pour la Hi-fi et supporte un ordinateur portable.
Dimensions l=100cm, h=93.5, p=53.
Cliquez pour agrandir l'image
Plus récemment, j'ai réalisé pour une salle de bain un ensemble meuble pour vasque, et armoire de toilette. J'ai utilisé du chêne lamellé-collé en 20mm d'épaisseur. Les assemblage sont faits par lamellos. La finition est en vernis polyuréthane semi-mat.
La porte de l'armoire de toilette est en verre gravé 50x70cm de Leroy-Merlin, collé à l'adhésif double face sur une porte en lamellé-collé raboté à 15mm.
Le coté droit comporte dans le haut une prise de courant.
Les tiroirs du meuble bas sont réalisés avec des flasques métalliques à glissière (Leroy-Merlin), permettant un assemblage rapide (juste un fond et un arrière en agglo mélaminé blanc de 15mm. Le tiroir du haut est évidé au centre pour laisser passer le siphon du lavabo.
Voici le meuble bas: dimensions l=79cm, p=50, h=60.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Et voici l'armoire de toilette:dimensions l=50, p=15/29, h=73.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Récemment, j'ai terminé mon meuble de salle d'eau parentale, en ajoutant 3 tiroirs sur le meuble bas, les rideaux précédemment utilisés étant peu pratiques ni esthétiques. J'en ai profité pour en  revernir le plateau (syntilor polyuréthane brillant 6 couches avec égrennage entre chaque couche).
Le meuble bas a pour dimensions: l=196cm (distance entre les 2 cloisons), h=47, p=55.
L'armoire de toilette fait l=196cm, h=75, p=18.5/36cm.
En voici une vue (il est impossible de voir tout le meuble car il y a trop peu de recul):
Cliquez pour agrandir l'image
J'ai conçu et réalisé cette table haute pour des amis. Elle est en lamellé-collé de chêne, et comporte 4 tiroirs de 450mm de profondeur (même type que le meuble bas de SDB).
La finition est en vernis polyuréthane semi-mat (passé au mini-rouleau microfibre).
Elle est entièrement démontable, du fait de son poids élevé. L'assemblage des éléments se fait par vis à bois à tête hexagonale, vissées dans des tasseaux collés/vissés sur les panneaux. Prix de revient: environ 300€ (2009)
Dimensions: l=90.5cm, L=1500, h=1007.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Haut
Accueil


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 8 mai 2012